> Accueil > Livres > Prix littéraire Trillium > Finalistes - Prix Littéraire Trillium 2014
Partager

Finalistes - Prix Littéraire Trillium 2014

Finalistes du Prix littéraire Trillium en langue française

 La-mauvaise-mere
   

Marguerite Andersen, Toronto, La mauvaise mère (Éditions Prise de parole)

Marguerite Andersen a huit ans quand Hitler prend le pouvoir, quinze quand la Seconde Guerre mondiale éclate, vingt au lendemain de l’armistice. Yeux baissés devant l’horreur, toute à sa soif de vivre, elle tourne fin 1946 le dos à cette Allemagne. Enceinte, elle suit en Tunisie l’amant français qui deviendra son premier mari. Ainsi s’amorce un parcours qui l’amènera, au fil de ses amours et de ses aventures, sur trois continents. Elle s’installe définitivement au Canada en 1958.

À la suite de Jean-Jacques Rousseau, ces confessions au féminin : l’auteure/la narratrice, en retraçant les moments importants de sa vie, spécialement ceux en rapport avec ses enfants, en lien avec son rôle de mère, questionne ses choix, fait l’aveu de ses erreurs. Moments choisis, fragments, présentés de façon chronologique et nourris par des réflexions actuelles sur ces souvenirs. La prose se fait parfois hachurée - angoissée ? - mettant à profit le blanc - pause, silence - parce que l’émotion, à travers le souvenir, le commande.




Marguerite Andersen

Nouvelliste, romancière, poète, essayiste, Marguerite Andersen a publié une quinzaine d’ouvrages littéraires ainsi que des ouvrages de recherche. Depuis 1998, elle est codirectrice de Virages, la nouvelle en revue. Femme cosmopolite, elle a vécu en Tunisie, en Angleterre, en Éthiopie, au Québec, aux États-Unis, en France et vit aujourd’hui à Toronto.

Lien de la maison d’édition : http://prisedeparole.ca/titres-livre/?id=3110









Racines-de-neige

Andrée Christensen, Ottawa, Racines de neige (Éditions David)

Dans une éclosion d'images, où chaque vers est ciselé avec la précise géométrie d'un flocon, Andrée Christensen nous fait découvrir l'ADN végétal, minéral et animal de l'hiver. Comme la neige qui tombe par pur plaisir de la chute, ce recueil s'offre à lire pour le simple bonheur de s'abandonner à l'écoute du silence. Des oeuvres de l'auteure accompagnent les poèmes.






Andrée Christensen



Andrée Christensen,
originaire d’Ottawa, est poète, romancière, traductrice littéraire et artiste visuelle. Elle a publié plus d’une vingtaine de titres : recueils de poésie, romans, récits, traductions littéraires et des livres d’artistes avec des collaborateurs de l’Ontario et du Québec. Certains de ses ouvrages ont été traduits en anglais et en roumain. Son premier roman, Depuis toujours, j’entendais la mer, a remporté le Prix du livre d’Ottawa et le Prix Christine-Dumitriu-Van-Saanen 2007, le Prix Le Droit et le Prix littéraire Émile-Ollivier 2008. Elle a également été finaliste du 21e Prix Trillium et du Prix des lecteurs de Radio-Canada 2008 pour ce même livre.

Lien de la maison d’édition : http://editionsdavid.com/products-page/livres/racines-de-neige










Afganistan

Véronique-Marie Kaye, Ottawa, Afghanistan (Éditions Prise de parole)

Un jeune immigrant, Jim, attend Axelle, qu’il n’a pas vue depuis leur merveilleuse « nuit des étoiles ». Déterminé à quitter la médiocrité du « Quilles Magic Bowling » de son père, dont il nettoie les planchers aux petites heures du matin, il vient de s’enrôler dans l’armée. Axelle arrive, enceinte de huit mois. D’abord froide et méprisante, elle se débat pourtant contre les sentiments qu’elle éprouve à l’égard de Jim. Dans une vieille salle de quilles au décor quétaine, les deux adolescents auront une toute petite heure pour faire accepter à l’autre leur rêve d’avenir. Une heure au cours de laquelle détermination, intelligence, tendresse et humour seront au rendez-vous.





Véronique-Marie Kaye

Véronique-Marie Kaye signe son premier texte pour adolescents avec Afghanistan . Elle a remporté deux fois le Prix O’Neill-Karch du concours provincial d’écriture dramatique organisé par le Théâtre la Catapulte, le Théâtre français de Toronto et le Théâtre du Nouvel-Ontario et elle vient de publier Eulalie la Cigogne  aux Éditions Vents d’Ouest.

Lien de la maison d’édition : http://prisedeparole.ca/titres-livre/?id=3047










Les-Gardiens-de-L'onirisphere

Philippe Porée-Kurrer, Toronto, Les Gardiens d l’Onirisphère : La révélation de Stockholm  (Éditions JCL)

Magnus Solberg a créé une conscience artificielle. Sa fille, Selma, croit toutefois qu’il y a un lien entre cette découverte et la disparition soudaine de son père. Déjà orpheline de mère, la jeune Française, désormais seule au monde, décide de gagner la Suède, la terre de ses ancêtres paternels, sur le voilier familial. Or, les commanditaires de l’œuvre de Solberg utilisent déjà cette conscience artificielle, mais il leur manque une information capitale pour réaliser leur rêve de domination. De là leur poursuite de Selma qui, croient-ils, possède la clé de leurs désirs.

Pour la jeune fille, ce qui n’était au départ qu’une fuite pour éviter le foyer d’accueil devient petit à petit une aventure périlleuse, infestée de dangers. Heureusement, Selma peut compter sur des alliés qui lui sont encore inconnus, mais qui, sans le savoir, sont tous liés les uns aux autres dans cette histoire unique qui nous ouvre les portes d’un monde excitant…



Philippe Porée-Kurrer

Philippe Porée-Kurrer vient au monde à Fécamp, dans cette Haute-Normandie dont il revendique l’appartenance en la rattachant aux royaumes nordiques de ceux qui lui ont donné son nom. Il est pâtissier à Paris, photographe à Manchester, chef de rang sur le paquebot France – ce qui lui permet de poser le pied sur cinq continents. Il débarque en Amérique du Nord, est grillardin au Texas, colporteur à Montréal, cuisinier dans le Yukon, puis bûcheron au Lac-Saint-Jean, où il rencontre Marylis qui va devenir son épouse. Ils s’établissent alors sur une ferme et ils ont six enfants. Mais il se définit lui-même comme un nomade, depuis une dizaine d’années il partage son temps entre Toronto, Cortes Island, Stockholm, l’Islande et la mer, toujours la mer.
Lien de la maison d’édition : http://www.jcl.qc.ca/detail_livre/gardiens-de-onirisphere-la-revelation-de-stockholm-t-1/










Sous-la-jupe

Danièle Vallée, Ottawa, Sous la jupe (Éditions David)

Né du désir de l'auteure Danièle Vallée et de l'artiste visuelle Suzon Demers de réaliser un projet ensemble, Sous la jupe est un livre qui veut susciter un double plaisir, littéraire et visuel.

S'inspirant de quatorze peintures de Suzon Demers ayant pour sujet des personnages féminins, Danièle Vallée s'est amusée à écrire quatorze nouvelles donnant vie à ces personnages. Fidèle à ses publications antérieures (Debout sur la tête d'un chat, Le D2ux), elle nous offre des textes incisifs et drôles qui créent un très bel écho aux toiles colorées de sa complice.




Danièle Vallée

Danièle Vallée est originaire de Sherbrooke et vit à Ottawa depuis plusieurs années. Elle a fait paraître sept livres, dont trois recueils de nouvelles qu’elle porte maintenant à la scène en leur conférant une étonnante dimension artistique, accentuée de blues, de jazz et de musiques traditionnelles.

Lien de la maison d’édition : http://editionsdavid.com/products-page/livres/sous-la-jupe

Finalistes de Prix de poésie Trillium (langue française)

 

Rever-au-reel

Daniel Groleau Landry, Orleans, Rêver au réel (Les Éditions L’Interligne)

Rêver au réel est un recueil de poésie qui propose quatre phases d'éveil: Le pays des regrets, Craquelé de morsures, La licorne rose et La maison de mon corps où il est question de proximité épidermique, de la solitude qui résulte des effervescences éphémères et des foetus qui continuent à grandir en rond dans les constellations, dans un style en rimes et allitérations pour préciser la pensée gigogne du poète.




Daniel Groleau Landry

Diplômé en théâtre de l’Université d’Ottawa, Daniel Groleau Landry a créé Les Productions Àlacharge, un organisme multidisciplinaire qui regroupe de jeunes artistes de la capitale nationale. Il est originaire de Sudbury et vit présentement à Orleans.

Lien de la maison d’édition : http://avoslivres.ca/products-page/livres/rver-au-rel









Le-fol-aujourd'hui

Michèle Matteau, Cumberland, Le fol aujourd’hui (Les Éditions L’Interligne)

Ce recueil nous projette sur l'écran géant du présent planétaire. Les gestes humains et leurs rapports chaotiques avec la nature s'animent sous la lumière crue des mots. L'auteure inscrit sa démarche sur la table du temps. Celui des jeux, celui de la peur, celui qui ouvre sur la galerie à sens unique de l'éphémère... Le regard poétique lacère les mirages ouatés où se vautre l'insouciance. Une langue aiguisée pourfend ce qui étourdit, enivre, noie dans l'aveuglement ou confine à la quête étriquée du JE. Avec un humour grinçant, des images mouvantes et émouvantes, Michèle Matteau nous invite à nous extraire d'un présent en folie pour scruter notre reflet brouillé de l'autre côté du miroir.




Michèle Matteau

Poète, dramaturge, romancière et nouvelliste, Michèle Matteau a toujours donné à l’écriture une place essentielle dans sa vie. Suite à Quatuor pour cordes sensibles, son premier livre de fiction, elle publie la trilogie À ta santé, la vie ! qui remporte un vif succès auprès des critiques et libraires. Le premier tome, Cognac et porto, remporte le prix Trillium en 2002, tandis que le troisième, Un doigt de brandy dans un verre de lait chaud, mérite le Prix Christine-Dimitriu-van-Saanen en 2005. Passerelles, son premier recueil de poésie, remporte le Prix de poésie Trillium en 2010, tandis que son roman Avant que ne tombe la nuit, publié en 2012, est finaliste au Prix Trillium 2013.

Lien de la maison d’édition : http://interligne.avoslivres.ca/products-page/livres/le-fol-aujourdhui



Finalistes de langue anglaise du Prix littéraire Trillium

 

Cataract-City

Craig Davidson, Toronto, Cataract City (Doubleday Canada)

Cataract City est une petite ville touristique qui exerce une emprise sur celles et ceux qui y sont nés et où les apparences sont souvent trompeuses. Owen Stuckey et Duncan Diggs sont nés et ont grandi à Cataract City. Ils passent leur adolescence à rêver d’évasion, surtout depuis l’événement traumatisant qui a forgé leur amitié dès leur enfance. Mais à l’âge adulte, leurs chemins se séparent : Owen reste au-dessus de la loi, devenant agent de police, tandis que Duncan s’enfonce dans les bas-fonds de la ville. Inéluctablement, les deux hommes vont se retrouver opposés l’un à l’autre. Il en va bien sûr de leur survie et de leur possibilité de fuir, mais aussi de leur amitié durable, qui est une nouvelle fois mise à l’épreuve face à l’obsédante nature qui se dresse derrière les frontières de la ville.



Craig Davidson

Craig Davidson est né et a grandi à St. Catharines, en Ontario. Il a déjà publié trois livres de fiction : Rust and Bone (traduit en français sous le titre De rouille et d’os), dont l’adaptation au cinéma a été sélectionnée aux Oscars, The Fighter (Juste être un homme) et Sarah Court. Craig Davidson est diplômé de l’Iowa Writers’ Workshop (programme d’écriture littéraire de l’Université de l’Iowa). Il a publié de nombreux articles dans la presse, notamment dans le National Post, Esquire, GQ, The Walrus et le Washington Post. Son roman Cataract City a été finaliste du Prix Banque Scotia Giller. Il vit à Toronto, au Canada, avec sa conjointe et leur enfant.

Lien de la maison d’édition : http://www.randomhouse.ca/books/220612/cataract-city-by-craig-davidson









The-Outside-World
Barry Dempster, Holland Landing, The Outside World (Pedlar Press)

Le roman The Outside World, dont l’action se déroule en 1966 dans une banlieue de Toronto, suit le cheminement du jeune Robinson Tedley : sa mère, agoraphobe, passe le plus clair de son temps à scruter les voisins depuis la fenêtre du salon; sa sœur, déficiente mentale, ne souhaite rien d’autre qu’être à l’extérieur et profiter du soleil, et son père ne prête aucune attention aux tensions qui règnent au sein de la famille. Comment Robbie peut-il s’occuper de sa mère et de sa sœur en perpétuelle vadrouille, alors qu’il a tant de choses à affronter dans le monde extérieur? Les filles, l’amour, le sexe, l’école. Les intimidations, les amitiés, les crises de croissance et la vigueur de ses peurs et de sa colère. Les problèmes de Robbie se posent avec d’autant plus d’acuité qu’ils se heurtent aux forces conservatrices nées dans les années 1950. L’auteur offre un récit sombre et palpitant sur le passage à l’âge adulte



Barry Dempster

Barry Dempster, sélectionné à deux reprises pour le Prix littéraire du Gouverneur général, a écrit quatorze recueils de poésie, deux romans, deux recueils de nouvelles et un livre pour enfants. Son recueil The Burning Alphabet a remporté le prix de poésie Chalmers de la Canadian Authors Association en 2005. En 2010, il a été finaliste du Prix du premier ministre pour l’excellence artistique. Il est également responsable des acquisitions pour la maison d’édition Brick Books.

Lien de la maison d’édition : http://www.barrydempster.com/











Supplying-Salt-and-Light

Lorna Goodison, Toronto /Half Moon Bay, BC, Supplying Salt and Light (McClelland & Stewart)

Cet époustouflant recueil de poèmes débute en Espagne et au Portugal et propose une nouvelle histoire des Caraïbes et une vision renouvelée du patrimoine caribéen. Le titre définit l’esprit des poèmes, où se mêlent les cultures, les contours, les ombres et les sources lumineuses. Chaque page du livre réserve son lot de surprises : une mosquée maure se transforme en cathédrale à Séville; une jeune campagnarde enfile ses habits du dimanche pour se rendre dans un bibliobus de la Jamaïque; un ours apparaît subitement, avant de disparaître en silence dans les arbres sur une route de Colombie-Britannique. Le chagrin de Billie Holiday chantant le blues, la difficulté de Charlie Chaplin à avancer à travers les champs de bananiers du domaine jamaïcain de Golden Clouds, et les tableaux d’El Greco… tous ces éléments se rassemblent au cours du pèlerinage de la poétesse à Heartease, dont le déroulement rappelle la traversée de Dante. L’œuvre se termine d’ailleurs par une superbe version du tout premier chant de Dante, que la poétesse métamorphose en y transposant la langue et le paysage de la Jamaïque par un geste d’amour.



Lorna Goodison

Lorna Goodison est née en Jamaïque. Elle a publié plusieurs recueils de poésie, dont Tamarind Season (1980), I am Becoming My Mother (1986), Heartease (1989) et To Us All Flowers Are Roses and Selected Poems. Elle a été écrivaine résidente à la University of the West Indies, en Jamaïque, et au Radcliffe College, à Cambridge (Massachusetts). Son recueil de nouvelles Baby Mother and the King of Swords a été publié en 1990.

Lien de la maison d’édition : http://www.mcclelland.com/catalog/display.pperl?isbn=9780771035906










Nocturne

Helen Humphreys, Kingston, Nocturne (HarperCollins Publishers)

Le frère cadet d’Helen Humphreys, Martin, a reçu un diagnostic de cancer du pancréas de stade 4B à l’âge de quarante-cinq ans. Son décès quatre mois plus tard a plongé toute sa famille dans le deuil. Ce pianiste extraordinaire avait fait ses débuts au Royal Festival Hall de Londres à l’âge de vingt ans, puis était devenu professeur de piano et examinateur principal au Conservatoire royal de musique. Le frère et la sœur, bien que vivant souvent éloignés l’un de l’autre, entretenaient des liens très forts et multiples. L’ouvrage d’Helen Humphreys, hanté par la mémoire de son frère, est l’occasion pour l’auteure d’exprimer ses sentiments les plus profonds à son égard. Elle dévoile leurs secrets, leurs désaccords, leur enfance passée ensemble et leur amour intense mais tacite. Ces mémoires constituent un récit sur le deuil, un exercice d’introspection honnête face à une douleur immense… un livre poétique, sincère et intime.



Helen Humphreys

Helen Humphreys est l’auteure primée de cinq romans acclamés par la critique. Son dernier roman, Coventry, a figuré parmi les finalistes du Prix littéraire Trillium, a été nommé « Editors’ Choice » par le New York Times et s’est vu décerner le titre de meilleur livre de l’année par le Globe and Mail. Son roman The Lost Garden (traduit en français sous le titre Le jardin oublié) a été sélectionné pour le concours Combat des livres. Afterimage a remporté le Rogers Writers’ Trust Fiction Prize; Leaving Earth (En l’air) a reçu le prix littéraire de la ville de Toronto (Toronto Book Award), tandis que The Frozen Thames a été un franc succès de librairie. En 2009, Helen Humphreys a reçu le prix d’excellence littéraire du festival Harbourfront.

Lien de la maison d’édition : http://www.harpercollins.ca/books/Nocturne-Humphreys-Helen/?isbn=9781443415477









This-is-War

Hannah Moscovitch, Toronto/ Halifax, NS, This is War (Playwrights Canada Press / Banff Centre Press)

La pièce offre un regard perspicace et rempli d’émotion sur la conscience aigrie des soldats revenant des combats. La caporale-chef Tanya Young, le capitaine Stephen Hughes, le soldat Jonny Henderson et le sergent Chris Anders ont vécu des atrocités au cours de leur mission dans l’une des régions les plus instables de l’Afghanistan. Interrogés par un organisme de radiodiffusion invisible, ils racontent chacun leur version des événements qui ont mené à l’incident horrible, répondant avec douleur et lassitude. On entrevoit ainsi peu à peu les effets de la culpabilité et l’impact psychologique de la violence dans une guerre où l’ennemi est parfois indiscernable.





Hannah Moscovitch

Hannah Moscovitch a remporté plusieurs prix Dora pour son œuvre et a été sélectionnée pour le Prix littéraire du Gouverneur général, le prix Carol Bolt et le prix international Blackburn Smith Susan. Hannah Moscovitch est diplômée de l’École nationale de théâtre du Canada et a fréquenté l’Université de Toronto. Ses pièces ont été présentées sur les scènes de tout le pays, notamment au Tarragon Theatre de Toronto, où elle est actuellement dramaturge en résidence, au Factory Theatre et au Manitoba Theatre Centre. Elles ont aussi été jouées par les troupes de l’Alberta Theatre Projects et de la Great Canadian Theatre Company, ainsi que dans le cadre du festival de théâtre Magnetic North.

Lien de la maison d’édition : http://www.playwrightscanada.com/index.php/this-is-war.html










Life-without-Death

Peter Unwin, Toronto, Life Without Death and Other Stories (Cormorant Books)

Dans ce recueil de nouvelles, des personnes ordinaires cherchent un sens à leur vie sujette au changement, au hasard, aux coïncidences et aux catastrophes. Un homme se souvient d’une vie d’amour et de peine en recopiant les contacts de son ancien petit carnet noir. Une femme doit se débarrasser de la collection secrète d’objets pornographiques de son père mourant. Un jeune père découvre une façon d’établir une relation avec son fils autiste. Les invités d’un mariage mettent de côté, pendant une journée, leurs méfaits passés afin de célébrer l’union d’un jeune couple. Un adolescent pris dans l’engrenage de la délinquance se retrouve soudain dépassé par les événements. Un homme voit resurgir, des décennies plus tard, une vieille connaissance, qui fait l’objet d’un film d’art obsédant. Dans chaque histoire, les personnages de Peter Unwin mènent des vies complexes et bien remplies. Bien qu’ils ne parviennent pas toujours à trouver des réponses simples à leurs interrogations, ils prennent un recul important sur leur cheminement.



Peter Unwin

Peter Unwin est né à Sheffield, en Angleterre, et a grandi dans le sud de l’Ontario. Il a fait ses études à l’Université Carleton d’Ottawa. Ses précédentes œuvres de fiction incluent le recueil de nouvelles The Rock Farmers, qui s’est classé parmi les finalistes de la Médaille de l’humour Stephen Leacock (Stephen Leacock Medal for Humour), et le roman Nine Bells for a Man. Ses œuvres non romanesques incluent The Wolf’s Head: Writing Lake Superior et Hard Surface: In Search of the Canadian Road. Il compte à son actif de nombreux périples dans le Nord canadien. À l’heure actuelle, il poursuit des études de maîtrise en culture et communications à l’Université Ryerson et à l’Université York. Il pratique avec passion les arts martiaux et le baseball. Féru de littérature, il vit à Toronto avec sa femme et ses deux filles.

Lien de la maison d’édition : http://www.cormorantbooks.com/9781770862432/


Finalistes du Prix de poésie Trillium en langue anglaise

Where-the-Sun-Shines-Best

Austin Clarke, Toronto, Where the Sun Shines Best (Guernica Editions)

Sélectionné pour le Prix de poésie du Gouverneur général, cet ouvrage propose une tragédie d’envergure épique, une méditation lyrique sur la pauvreté, le racisme et la guerre, ainsi qu’une véhémente accusation des ravages de l’impérialisme. Trois soldats canadiens attendant leur départ pour l’Afghanistan battent à mort un sans-abri devant leur armurerie après une nuit de beuverie. Le poète, dont le domicile au centre-ville de Toronto donne sur l’armurerie et le parc qui l’entoure, décrit le crime, ses auteurs, la victime et d’autres sans-abri témoins de la scène. Le procès consécutif donne lieu à une réflexion sur la situation d’immigrant que le poète partage avec l’un des accusés et sur la souffrance de la mère de ce jeune soldat.



Austin Clarke

Austin Clarke a publié dix romans, six recueils de nouvelles et trois mémoires aux États-Unis, en Angleterre, au Canada, en Australie et en Hollande. En 2003, il a été reçu en audience privée par la reine Élisabeth à l’occasion de l’attribution du Prix du Commonwealth à son dixième roman, intitulé The Polished Hoe, ayant reçu également le Giller Prize et le Prix littéraire Trillium. Il a reçu en 1998 l’Ordre du Canada et il s’est vu attribuer également quatre doctorats honorifiques.

Lien de la maison d’édition : http://www.guernicaeditions.com/title/9781550716931









The-Polymers

Adam Dickinson, St. Catharines, The Polymers (House of Anansi Press)

The Polymers est le nouvel ouvrage audacieux de l’un de nos esprits poétiques les plus ambitieux. Structurés à la manière d’un projet scientifique imaginaire, les différents éléments qui composent ce recueil s’intéressent au point de rencontre entre la poésie et les éléments chimiques, en particulier les plastiques, en essayant de comprendre leur rôle essentiel dans la culture. Grâce à des procédures, contraintes et changements de forme divers, les poèmes illustrent la façon dont les structures répétitives propres aux molécules plastiques se retrouvent dans les comportements culturels et linguistiques tels que les disputes, les angoisses et les tendances. Ouvrage follement expérimental et chimiquement réactif, The Polymers réjouit et provoque. Vous ne verrez plus jamais de la même façon l’univers d’un poème, ni l’univers lui-même.




Adam Dickinson

Les poèmes d’Adam Dickinson ont été publiés dans plusieurs revues littéraires et anthologies telles que Breathing Fire 2: Canada's New Poets, Post Prairie et The Shape of Content, anthologie d’écriture créative consacrée aux mathématiques et à la science. Il a écrit Cartography and Walking, ouvrage sélectionné pour le « Alberta Book Award », ainsi que Kingdom, Phylum, pour lequel il a figuré parmi les finalistes du Prix de poésie Trillium en 2007.

Adam est actuellement professeur de poétique à l’Université Brock, à St. Catharines, en Ontario. Il y enseigne la poésie, l’écriture créative et la théorie de la littérature.

Lien de la maison d’édition : http://www.houseofanansi.com/The-Polymers-P2031.aspx









Light

Souvankham Thammavongsa, Stouffville, Light (Pedlar Press)
Le troisième ouvrage de poésie de Souvankham Thammavongsa, Light, se penche sur ce mot qui intitule le recueil. Il comprend des poèmes qui parlent d’une étincelle, des façons de désigner la lumière, d’un épouvantail, d’un bousier, d’un poisson sans yeux. Connue pour sa précision et son élégance, pour sa petite voix claire, pour sa manière d’apporter du sens grâce aux détails, pour son utilisation parcimonieuse des mots, Thammavongsa confirme ses talents au travers de ces nouveaux poèmes. Light est un ouvrage qui brille par sa rigueur, son humour, son courage et sa détermination.



Souvankham Thammavongsa

Souvankham Thammavongsa, née à Nong Khai, en Thaïlande, a remporté en 2004 le prix ReLit pour son premier ouvrage de poésie, Small Arguments. Son deuxième ouvrage de poésie, intitulé Found, a été adapté en un court-métrage qui a été diffusé dans des festivals de cinéma du monde entier, notamment le Festival international du film de Toronto et DOK Leipzig (Festival international du film documentaire et du film d’animation de Leipzig). Sélectionnée parmi les meilleurs écrivains de moins de 35 ans au Canada lors d’un numéro spécial de la revue artistique The Windsor Review, elle a également été élue poétesse canadienne la plus appréciée par les lecteurs de la revue littéraire The New Quarterly. Souvankham vit à Stouffville, en Ontario.

Lien de la maison d’édition : http://www.pedlarpress.com/news/souvankham-thammavongsa/