> Accueil > Collaboration > Renseignements sectoriels et recherche > Statistiques > Production cinématographique et télévisuelle ontarienne au cours des années civiles 2014 à 2016, selon le format
Partager

Production cinématographique et télévisuelle ontarienne au cours des années civiles 2014 à 2016, selon le format

Fichier PDF de la production cinématographique et télévisuelle ontarienne au cours des années civiles 2013 à 2015, selon le format.

Production cinématographique et télévisuelle ontarienne de 2014 à 2016

Selon le format 

2016

2015

2014

Au 31 déc. 2016

Au 31 déc. 2015

Au 31 déc. 2014

Nombre de projets

Dépenses de production en Ontario

Nombre de projets

Dépenses de production en Ontario

Nombre de projets

Dépenses de production en Ontario

Dépenses de production = millions de dollars

Ontario

 

 

 

 

 

 

Longs métrages

27

69,7

27

57,1

43

105,7

Séries télévisées1

120

684,5

113

641,4

127

639,7

Téléfilms, miniséries, émissions spéciales, pilotes2

77

88,4

64

63,4

61

44,7

Total – Ontario

224

842,6

204

761,9

231

790,1

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Étranger

 

 

 

 

 

 

Longs métrages

23

242,4

28

209,1

15

139,3

Séries télévisées 1

31

514,0

44

465,7

26

319,3

Téléfilms, miniséries, émissions spéciales, pilotes2

25

91,0

26

88,2

15

45,1

Total – Étranger

79

847,3

98

763,0

56

503,6

 

 

 

 

TOTAL

303

1 689,9

302

1 524,9

287

1 293,7

Animation c. réel

 

 

 

 

 

Ontario

 

 

 

 

 

 

Animation

15

65,6

17

64,7

12

48,2

Réel

209

777,0

187

697,2

219

741,9

Total – Ontario

224

842,6

204

761,9

231

790.1

 

 

Étranger

 

 

 

 

 

 

Animation

9

55,2

26

108,3

11

44,0

Réel

70

792,1

72

654,6

45

459,7

Total – Étranger

79

847,3

98

763,0

56

503,6

 

TOTAL

303

1 689,9

302

1 524,9

287

1 293,7

Les données tiennent compte des dépenses de toutes les productions faisant appel aux incitatifs et services administrés par la SODIMO. Elles n’incluent pas les annonces publicitaires télévisées, les vidéos de sociétés, les vidéoclips ou la production interne des diffuseurs. Les chiffres comprennent la production réelle et animée. Les données correspondent aux dépenses de production en Ontario, pas aux budgets totaux des projets. Il se peut que certaines productions tournées en Ontario ne soient pas incluses dans ces totaux en raison du calendrier des demandes de projet.

 

Tous les chiffres en dollars sont exprimés en millions de dollars canadiens. Ils n'ont pas été rajustés en fonction de l'inflation.

Les totaux peuvent ne pas correspondre puisqu'il s'agit de montants arrondis.

1 Le nombre de séries télévisées n'inclut pas les cycles dont la production a débuté l'année précédente.

2 Productions comptant moins de six épisodes.

·         En 2016, l’industrie de la production cinématographique et télévisuelle a battu son record pour la troisième année consécutive en Ontario, ayant contribué pour 1,7 milliard de dollars à l’économie.

·         L’industrie de la production cinématographique et télévisuelle a représenté plus de 35 500 emplois directs et indirects à temps plein en 2016, ce qui correspond à une hausse de presque 3 200 emplois par rapport à l'année précédente.

·         L’industrie cinématographique et télévisuelle a affiché une croissance soutenue, que ce soit en termes de productions ontariennes ou de productions étrangères.

·         La production télévisuelle a pesé pour 1,38 milliard de dollars, soit 81,5 p. 100 du chiffre de la production totale (1,26 milliard de dollars de plus pour une hausse de 9,5 p. 100 par rapport à 2015).

·         Les séries télévisées, aussi bien ontariennes qu’étrangères, ont connu la plus forte hausse en termes de dépenses de production. Les dépenses de production à l’égard de séries télévisées étrangères ont augmenté de 10,4 p. 100 (passant de 465,7 millions de dollars à 514,0 millions, soit 48,3 millions de dollars supplémentaires). Celles des séries télévisées ontariennes ont augmenté de 6,7 p. 100 (passant de 641,4 millions de dollars à 684,5 millions, soit 43,1 millions de dollars supplémentaires), témoignant du rôle clé joué par l’Ontario dans l’évolution de l’industrie télévisuelle et de l’essor des programmes de haute qualité ayant un rayonnement international. Exemples de séries télévisées étrangères : American Gods, The Girlfriend Experience, The Handmaid’s Tale et Designated Survivor (Survivant désigné). Exemples de séries télévisées ontariennes : Orphan Black (Sans origine : Orphan Black), Schitt’s Creek, Workin’ Moms et Letterkenny (tournée à Sudbury).

·         Parmi les miniséries télévisées ontariennes populaires ayant été tournées en 2016, citons Alias Grace (exemple d’adaptation à l’écran d’un livre ontarien), Anne et Cardinal (tournée à Sudbury), ainsi que le téléfilm L.M. Montgomery’s Anne of Green Gables.

·         Les dépenses de production ontariennes à l’égard d’émissions télévisées à distribution limitée (téléfilms, miniséries, émissions spéciales et pilotes) continuent également d’augmenter chaque année. En 2016, elles ont grimpé de 39 p. 100 et le nombre de productions de 20 p. 100 par rapport à 2015. L’essor de ces formats pourrait indiquer une tendance à s’éloigner de la production de séries télévisées traditionnelles à épisodes.

·         Les dépenses à l’égard de longs métrages, qu’ils soient ontariens ou étrangers, ont augmenté, signe de la souplesse du secteur de la production cinématographique en Ontario. Exemples de longs métrages étrangers : Miss Sloane, Molly’s Game, xXx: The Return of Zander Cage (xXx : Le retour de Xander Cage), IT et Downsizing, d’Alexander Payne, récompensé aux Oscars.

  • Parmi les longs métrages ayant bénéficié du soutien de la SODIMO en 2016, on trouvait : Indian Horse, Paper Year, Mean Dreams (Rêves noirs, sélectionné dans le cadre de la Quinzaine des Réalisateurs à Cannes et du TIFF en 2016), Unless (sélectionné dans le cadre du TIFF 2016, adapté d’un roman de Carol Shields), The Skyjacker’s Tale (documentaire) et Maudie (sélectionné dans le cadre du TIFF 2016 et de la Berlinale 2017).
  • Les dépenses liées à l’animation, étrangère comme ontarienne, continuent de dépasser les moyennes historiques. Après un pic exceptionnel de l’animation étrangère en 2015, les chiffres sont retournés à des schémas de croissance normale en 2016. L’animation ontarienne est restée forte, emmenée par des titres tels que Little Charmers (Les Mini-sorcières), 3 Amigonauts et Fugget About It (Faut pas rêver).
  • Exemples d’émissions télévisées animées étrangères : If You Give a Mouse a Christmas Cookie, Luna Petunia et Nature Cat.
  • L'industrie de la postproduction a aussi obtenu de bons résultats en 2016. Des productions tournées en Ontario tout comme des productions tournées en dehors de la province y ont effectué des travaux de postproduction et d'effets visuels. À titre d’exemples, citons les séries télévisées Fargo, Into the Badlands et Vikings, et le film Resident Evil : L’ultime chapitre.
  • Pour le moment, l’activité de production cinématographique et télévisuelle reste au beau fixe en avril 2017, avec 26 productions en préparation ou en tournage, à l’instar des longs métrages Never Saw It Coming, Stockholm, Clara et Life In A Year, et de nombreuses séries télévisées, comme Dark Matter, Killjoys, Odd Squad, The Girlfriend Experience, 12 Monkeys, Condor, Crawford, The Lead et The Strain. Designated Survivor et Star Trek sont également en tournage en Ontario, de même que le téléfilm Christmas Inheritance.
  • En outre, les projets suivants sont déjà dans la boîte pour 2017 : The Parting Glass, Dino Dana, Letterkenny, Orphan Black, Salvation, The Machine et Perfect Citizen.