> Accueil > Collaboration > Renseignements sectoriels et recherche > Statistiques > Production cinématographique et télévisuelle ontarienne au cours des années civiles 2013 à 2015, selon le format
Partager

Production cinématographique et télévisuelle ontarienne au cours des années civiles 2013 à 2015, selon le format

Fichier PDF de la production cinématographique et télévisuelle ontarienne au cours des années civiles 2013 à 2015, selon le format.

Production cinématographique et télévisuelle en Ontario 2013 à 2015








Selon le format







 

2015

2014

2013

Au 31 déc. 2015

Au 31 déc. 2014

Au 31 déc. 2013

Nombre de projets

Dépenses de production en Ontario

Nombre de projets

Dépenses de production en Ontario

Nombre de projets

Dépenses de production en Ontario

 



Dépenses de production = millions de dollars

Ontario

 

 

 

 

 

 

Longs métrages

27

57,1

43

105,7

29

134,1

Séries télévisées1

113

641,4

127

639,7

117

581,0

Téléfilms, miniséries, émissions spéciales, pilotes2

64

63,4

61

44,7

69

60,0

Total – Ontario

204

761,9

231

790,1

215

775,2

 


 


 


 

 

 

 

 

 

 

 

Étranger

 

 

 

 

 

 

Longs métrages

28

209,1

15

139,3

15

97,7

Séries télévisées1

44

465,7

26

319,3

23

246,2

Téléfilms, miniséries, émissions spéciales, pilotes2

26

88,2

15

45,1

11

28,7

Total – Étranger

98

763,0

56

503,6

49

372,6

 


 


 


 

TOTAL

302

1 524,9

287

1 293,7

264

1 147,8








 

 






 

Animation c. réel

 

 

 

 

 

 

Ontario

 

 

 

 

 

 

Animation

17

64,7

12

48,2

15

83,0

Réel

187

697,2

219

741,9

200

692,2

Total – Ontario

204

761,9

231

790,1

215

775,2

 







 







Étranger

 

 

 

 

 

 

Animation

26

108,3

11

44,0

8

25,0

Réel

72

654,6

45

459,7

41

347,6

Total – Étranger

98

763,0

56

503,6

49

372,6

 














TOTAL

302

1 524,9

287

1 293,7

264

1 147,8

Les données tiennent compte des dépenses de toutes les productions faisant appel aux incitatifs et services administrés par la SODIMO. Elles ne concernent pas les annonces publicitaires télévisées, les vidéos de sociétés, les vidéoclips ou la production interne des diffuseurs. Les chiffres comprennent la production réelle et animée. Les données correspondent aux dépenses de production en Ontario au cours de l'année, mais ne reflètent pas nécessairement les budgets totaux des projets. Il se peut que certaines productions tournées en Ontario ne soient pas incluses dans ces totaux en raison du calendrier des demandes de projet.








Tous les chiffres en dollars sont exprimés en millions de dollars canadiens. Ils n'ont pas été rajustés en fonction de l'inflation.








Les totaux peuvent ne pas correspondre puisqu'il s'agit de montants arrondis.








1 Le nombre de séries télévisées n'inclut pas les cycles dont la production a débuté l'année précédente.








2 Productions comptant moins de six épisodes.














 

Remarques concernant l'activité de production en 2015

  • La production cinématographique et télévisuelle a contribué pour 1,5 milliard de dollars à l'économie provinciale en 2015, franchissant pour la cinquième année consécutive la barre du milliard de dollars, ce qui envoie un message de bienvenue synonyme d'emploi et de stabilité faisant écho à la réputation pérenne de l'Ontario comme destination fiable et de tout premier ordre.
  • L'industrie cinématographique et télévisuelle représente 32 489 emplois directs et indirects à temps plein, une hausse de presque 4 500 emplois par rapport à l'année précédente.
  • La production télévisuelle a pesé pour 1,26 milliard de dollars, soit 83 p. 100 du total.
  • Les dépenses pour des miniséries et des téléfilms étrangers ont progressé de 96 p. 100 (88,2 millions de dollars contre 45,1 en 2014). En ce qui concerne les séries télévisées étrangères, elles ont augmenté de 46 p. 100 (465,7 millions de dollars contre 319,3 l'année d'avant). La hausse de l'activité étrangère est le fait d'un certain nombre de séries télévisées au coût élevé telles que Suits : Les deux font la paire (Suits), Beauty and the Beast, 11/22/63, 12 Monkeys, Dark Matter, Heroes Reborn et The Strain.
  • Une part importante de ces résultats reste imputable à la production télévisuelle ontarienne, qui a dépensé 704,8 millions de dollars (par rapport à 684,4 millions en 2014). Les séries canadiennes ont continué d'être plébiscitées au pays comme à l'étranger en 2015, à l'image des Passages de l'espoir (Saving Hope) d'eOne et Thump Entertainment pour CTV et NBC, de Morsure (Bitten) d'eOne pour les chaînes Space et Syfy, et de l'indétrônable favorite du public, Les Enquêtes de Murdoch (Murdoch Mysteries), pour CBC. Parmi les nouvelles émissions en 2015, citons Backstage pour la chaîne Family de DHX Television et Dark Matter de Prodigy pour Syfy. Le nombre de téléfilms, de miniséries, d'émissions spéciales et de pilotes n'a augmenté que de 5 p. 100 (passant de 61 projets en 2014 à 64 cette année), mais les budgets étaient en hausse de 42 p. 100.
  • En 2015, le nombre de longs métrages ontariens est retombé au niveau de 2013, signe que la montée en flèche de 2014 était une anomalie.
  • Parmi les longs métrages ayant bénéficié du soutien de la SODIMO en 2015, on trouvait Room : Le monde de Jack (Room, sélectionné pour quatre Oscars ®), Hevn (Revenge) d'Alcina Pictures, Shakespeare & Co. et The Steps de Quadrant Motion Pictures.

  • Le nombre de longs métrages étrangers a grimpé de 87 p. 100 (passant de 15 à 28) et les budgets ont augmenté de 50 p. 100, avec le film tiroir-caisse de Warner Bros., Suicide Squad, en tête de file.
  • C'est le secteur de l'animation étrangère qui a enregistré la plus forte croissance, le nombre de projets ayant bondi de 136 p. 100 et les budgets de 146 p. 100, reflétant la réputation grandissante de l'Ontario comme pôle d'excellence dans le domaine. Les principales bénéficiaires étaient les sociétés d'animation locales, qui ont réalisé des projets pour des diffuseurs internationaux, comme Arctic Justice d'AJTS Service et Barbie DVD 2016-2018 de BLII Productions.
  • L'animation ontarienne a également affiché une santé de fer, le nombre de projets ayant augmenté de 42 p. 100 tandis que les budgets progressaient de 34 p. 100, emmenés par des titres comme Faut pas rêver (Fugget About It) de FAI3 Productions, Freak Vs. Sweet (ou Freaktown) de SVSF Productions et Little Charmers de Spin Master Charming Productions.
  • L'industrie de la postproduction a aussi obtenu de bons résultats en 2015, de nombreuses productions tournées en dehors de l'Ontario ayant choisi d'effectuer leurs travaux de postproduction et d'effets visuels dans la province, y compris des productions télévisuelles telles que Vikings de Take 5 Productions, American Pickers, chasseurs de trésors (American Pickers) de Cineflix et Le Convoi de l'extrême (Ice Road Truckers) de Prospero Media.
  • L'activité de production en 2016 a d'ores et déjà pris un départ fulgurant en Ontario. À la mi-février, environ 27 productions étaient en préparation ou en tournage, comme le long métrage tiroir-caisse de Paramount/Maple Cage Productions, xXx 3: The Return of Xander Cage, ou Downsizing, du réalisateur oscarisé Alexander Payne. Plusieurs séries télévisées renouvelées (par exemple La Reine [Reign], Killjoys et The Strain) sont actuellement en cours de production, de même que de nouvelles émissions telles qu'American Gods de Fremantle pour la chaîne Starz et American Gothic de CBS/Amblin Entertainment.