> Accueil > OMCM > Histoires de succès > Télé > SUCCÈS DE LA SODIMO : SINKING SHIP ENTERTAINMENT
Partager

SUCCÈS DE LA SODIMO : SINKING SHIP ENTERTAINMENT

Sinking Ship

En 2002, trois jeunes diplômés de l'Université Ryerson ont une idée. Anciens camarades de classe, Blair Powers, J.J. Johnson et Matt Bishop cherchent une façon unique d'aborder la télévision pour enfants. Ils souhaitent faire quelque chose qui n'a jamais été vu jusqu'alors, changer la manière de faire de la télévision pour enfants.

À l'époque, ils estiment que la télévision pour enfants a trop souvent recours à des personnes de vingt-cinq ans faisant comme si elles en avaient six. Leur idée consiste à mettre les enfants en vedette et à créer des programmes intéressants auxquels leur auditoire peut s'identifier : des enfants de six ans animant des émissions de télévision pour enfants de six ans. Sinking Ship Entertainment voit officiellement le jour en 2004.

Leur première émission correspond au genre de programmes axés sur les enfants qu'ils désirent faire. La série « This is Daniel Cook » compte deux saisons sur TVO et Treehouse, avant d'être relancée pour une troisième saison sous le titre « This is Emily Young » avec une petite fille comme animatrice.

La réalisation de cette émission permet aux associés d'acquérir une expérience unique de la gestion de budgets serrés ainsi que les ressources nécessaires pour créer des pilotes en vue de donner naissance à de nouvelles émissions. Ce faisant, ils découvrent un moyen rentable de faire décoller des émissions de télévision, puisque la plupart des difficultés créatives sont abordées dans le cadre du pilote.

Ayant commencé avec très peu d'expérience, les fondateurs sont reconnaissants d'avoir pu bénéficier des conseils et du soutien de la SODIMO, surtout les premières années. Le financement de la SODIMO a permis à Sinking Ship Entertainment d'assister à des salons professionnels et d'assurer la promotion de ses séries télévisées, tandis que les crédits d'impôt ont contribué à payer les effets spéciaux qui ont donné l'avantage à ses productions. Forte de ce soutien, cette société ontarienne locale a été en mesure d'entrer en lice sur la scène internationale.

Depuis ses débuts modestes, la société s'est développée pour travailler avec des partenaires internationaux tels que Disney, National Geographic Kids, Amazon, PBS, Nick Jr et bien d'autres, sur des émissions diffusées dans plus de cent pays et vingt langues. Aujourd'hui, Sinking Ship Entertainment emploie plus de 250 professionnels de la création en Ontario et a produit, au cours de ses dix années d'existence, treize séries télévisées et plus de 350 demi-heures de télévision.

La société n'a pas cessé d'étendre ses activités à de nouveaux domaines, tout en faisant preuve d'innovation. En 2008, elle a réalisé pour Nick Jr la première série réelle ayant recours à l'infographie, « Dino Dan », ce qui a abouti à la création de sa division animation, laquelle s'est développée jusqu'à concevoir plus de 9 000 séquences d'effets visuels grâce à 3 pipelines dédiés. Seule émission canadienne à avoir reçu un tel honneur, « Dino Dan » a récemment été sélectionnée pour un Daytime Emmy, en plus d'avoir remporté le prestigieux Prix Shaw-Rocket en 2010.

Sinking Ship Entertainment est fière des personnages forts apparaissant dans ses productions. Anne, le personnage principal qui fabrique des annedroïdes dans « Annedroids », a récemment été retenue parmi les dix meilleurs exemples à suivre à la télévision. En outre, la série figure dans le classement des dix meilleures émissions diffusées en flux, toutes catégories confondues.

Avec une production équivalant à plus de 30 millions de dollars et le lancement de plusieurs nouvelles émissions, l'année 2014 a été une année exceptionnelle pour Sinking Ship Entertainment. Sa série la plus récente, « Odd Squad », a démarré sur PBS avec une audience record. Au cours du premier mois, elle a été diffusée en flux plus de 40 millions de fois.

Si toutes les louanges récoltées par Sinking Ship Entertainment prouvent une chose, c'est que mettre les enfants au premier plan n'est pas seulement bon pour les programmes, ça l'est aussi pour les affaires.

« Nous voulons continuer de croître et de créer du contenu stimulant et inédit, des émissions qui sont des sources d'inspiration pour les enfants, qui sont capables à la fois de les éduquer et de les divertir. Nous sommes enthousiastes à l'idée de prendre part à cette nouvelle mutation de la télévision. »

—Matt Bishop, associé et producteur chez Sinking Ship Entertainment

Pour en savoir plus :
Site Web : http://www.sinkingship.ca
Twitter : @sinkingshipent
Facebook : http://www.facebook.com/sinkingship