> Accueil > OMCM > Histoires de succès > Télé > SUCCÈS DE LA SODIMO: TAKE 5 PRODUCTIONS
Partager

SUCCÈS DE LA SODIMO: TAKE 5 PRODUCTIONS

Take 5REI 677x408.jpg

Take 5 Productions une société née dans le sillage de Dufferin Gate Productions, qui a été vendue en 2007. John Weber, l’actionnaire majoritaire, repère une occasion de s’associer avec des producteurs étrangers pour faire profiter au secteur de la télévision de coproductions internationales de grande envergure, et fonde Take 5 en 2009. La société fait aujourd’hui figure de chef de file dans cette niche, et peut se targuer de disposer d’un portfolio impressionnant pour une entreprise ayant à peine cinq années d’existence.

La fresque historique Vikings, une coproduction internationale pour Shaw Media au Canada et History aux États-Unis, est l’un des plus fructueux projets de Take 5 à ce jour. Take 5 y a participé depuis le tout début, et a contribué avec brio à une production impeccable. Vikings a récemment été renouvelé pour une troisième saison.

Parce que dès ses débuts, l’approche de Take 5 était résolument tournée vers l’international, la société a tiré un excellent parti du Fonds de la SODIMO pour l’exportation, qui l’a aidée à financer les déplacements internationaux nécessaires pour obtenir des fonds à l’étranger et amener des tournages en Ontario. La société a aussi pu se prévaloir des services de repérage d’extérieurs de la SODIMO afin de trouver des lieux de tournage pour les nouvelles productions et de les présenter sous forme de trousses complètes aux bailleurs de fonds de différents projets. Weber évoque en termes flatteurs les crédits d’impôt de la SODIMO, qui sont essentiels pour que les producteurs ontariens restent compétitifs sur la scène mondiale.

Les coûts de production ne cessent d’augmenter dans toute l’industrie, notamment pour les feuilletons historiques à gros budget comme Les Tudors (que Take 5 a produit pour Showtime aux États-Unis et CBC au Canada), Les Borgia (pour Showtime et Bravo), et Camelot (pour Starz et CBC). Le seul moyen de financer des productions d’une telle ampleur consiste à chercher des financements ailleurs qu’au Canada, voire ailleurs qu’aux États-Unis.

Avec plus de 50 traités bilatéraux visant à faciliter les partenariats avec l’industrie cinématographique étrangère, le positionnement du Canada est idéal du point de vue d’une société cherchant un financement pour des projets à gros budget. En réalisant des productions dans le cadre de ces traités, Take 5 est en mesure de structurer ses productions comme du contenu télévisuel canadien, ce qui signifie que les diffuseurs paieront une prime pour ce contenu. Chacune des coproductions de Take 5 fait intervenir une proportion importante de talents canadiens dans la production. Ainsi, chaque épisode de la troisième saison de Vikings est réalisé, produit, édité et cadré par des Canadiens. Par ailleurs, on compte cinq Canadiens parmi les acteurs principaux.

Les partenariats internationaux offrent des possibilités, mais comportent aussi leur lot de défis. Il peut être relativement difficile de rencontrer des producteurs de confiance dans sa propre ville ou son propre pays, et cette difficulté est multipliée quand on traite avec plusieurs producteurs aux quatre coins du monde, en devant composer avec plusieurs fuseaux horaires et différentes philosophies culturelles – autant de facteurs qui ont forcé Take 5 à devenir plus souple, évolutive, coopérative et ouverte aux différences sur le plan culturel.

Plusieurs des productions de Take 5 ont été tournées à Toronto, comme Beauty and the Beast (série télévisée coproduite avec Whizbang Films et CBS pour CW et Showcase) ou encore Reign (série télévisée coproduite avec Whizbang Films et CBS pour CW et M3). Grâce à son vivier de techniciens et d’acteurs diversifiés et talentueux, à ses extérieurs et à sa base de fournisseurs, Toronto est un endroit idéal pour les tournages. Contrairement à d’autres lieux, les organisations syndicales entretiennent avec les producteurs des relations axées sur la collaboration et la coopération, ce qui permet aux projets de se dérouler sans accroc. Weber indique que du côté de la postproduction, le bassin de talents torontois est tout aussi impressionnant – en soulignant que pour Vikings, les effets visuels, le mixage, les opérations de laboratoire et le travail de postproduction sont tous réalisés en Ontario.

En associant avec fruit bailleurs de fonds internationaux et talents ontariens, Take 5 prouve que pour les séries télévisées historiques, l’avenir est au beau fixe.

« Nous sommes une petite société, mais nous travaillons sur de gros projets. Notre ambition n’est pas de devenir un conglomérat : nous voulons rester une “boutique” qui produit le contenu télévisuel de haute qualité que les diffuseurs attendent et que le public adore. »

   John Weber, fondateur de Take 5 Productions

Pour en savoir plus sur Take 5 Productions :

Site Web : www.take5productions.ca
Twitter : @Take5Prod