> Accueil > OMCM > Histoires de succès > Revues > SUCCÈS DE LA SODIMO: Exclaim!
Partager

SUCCÈS DE LA SODIMO: Exclaim!

Exclaim 

Succès de la SODIMO : Exclaim!

Publiée pour la première fois en 1992, la revue Exclaim! est d’abord le fruit d’une passion.  

C’est un groupe de musiciens et de programmateurs de radios communautaires ou sur le campus enthousiastes qui crée Exclaim! afin d’aider les nouveaux artistes canadiens de talent à accéder à la reconnaissance qu’ils méritent. En faisant de la revue le prolongement de leurs activités radiophoniques, ils réunissent une équipe de rédacteurs passionnés pour chroniquer les nouveautés musicales, en mettant en avant les artistes canadiens et d’avant-garde.

En deux ans, ce qui n’est au départ qu’une petite revue de Toronto devient une publication nationale. Aujourd’hui, il s’agit de la seule revue musicale généraliste distribuée dans tout le pays. Par ailleurs, Exclaim! est très présente dans la sphère numérique (téléphones mobiles et Internet), et parraine des événements musicaux.

Les vingt dernières années n’ont pas été sans difficultés. Au milieu des années 2000, ses liens étroits avec l’industrie musicale ont assuré à Exclaim! une position unique dans la presse imprimée. Bien avant que les journaux et autres médias papier commencent à voir leur revenu s’amenuiser, l’équipe d’Exclaim! a entrevu l’importance du partage de fichiers et du marché numérique sur les flux de rentrées des maisons de disques. Comme elle dépendait fortement de ces dernières, qui constituaient ses principaux annonceurs, la revue a dû s’adapter aux nouvelles technologies que les mélomanes étaient en train d’adopter.

Exclaim! attribue son évolution à des organismes comme la SODIMO, qui a permis aux industries de la musique et de l’édition de tenir pendant cette période. Les groupes canadiens ont ainsi eu les moyens de continuer à faire de la musique et, grâce au Fonds d’aide de la SODIMO aux éditeurs de revues, Exclaim! a bénéficié de la marge de manœuvre nécessaire pour accroître activement sa présence numérique et même augmenter son tirage papier.

La revue a fait mieux que survivre : elle s’est épanouie. À présent, Exclaim! publie neuf numéros et trois guides spéciaux par an (Summer Music Festival Guide, Back To School Hangout Handbook, Gift Guide for the Entertainment Obsessed), et distribue plus de 100 000 exemplaires gratuits à plus de 2 600 points d’accès dans tout le pays. Le site Exclaim.ca, que les aides de la SODIMO ont permis de refondre pour le Web et les téléphones mobiles, reçoit plus de 380 000 visiteurs uniques chaque mois. Des sites aux formats téléphones intelligents et iPad ont également été créés, en intégrant les réseaux sociaux à chaque étape. L’audience Web a progressé au rythme de 15 à 20 p. cent par an et permet aujourd’hui de dégager la moitié du revenu total.

Exclaim! se porte bien quand l’industrie musicale est florissante, et voir des artistes canadiens comme Arcade Fire et Feist prendre de l’ampleur et élargir leur public s’est révélé très gratifiant. Les fondateurs de la revue estiment que la musique canadienne n’a jamais autant prospéré, et les lecteurs semblent penser comme eux.

« Nous prenons notre rôle au sérieux : d’une part, dénicher les formidables groupes qui existent et offrir une première visibilité à des artistes talentueux, d’autre part encourager le public à se montrer plus curieux musicalement. Avec la démocratisation numérique et la dissémination du contenu, l’occasion n’a jamais été aussi belle pour les artistes canadiens. La musique vit un âge d’or. »

Ian Danzig, fondateur et éditeur, Exclaim!

Pour en savoir plus sur Exclaim! :