> Accueil > OMCM > Histoires de succès > Musique > SUCCÈS DE LA SODIMO : ZEDS DEAD
Partager

SUCCÈS DE LA SODIMO : ZEDS DEAD

Zeds Dead 677x408.jpg

Quand on évoque la notion de « groupe de musique », on y associe rarement celle d’« entreprise ». De fait, les activités liées à l’exploitation d’une entreprise (calculs et paperasserie) semblent diamétralement opposées à la carrière créative que la plupart des musiciens appellent de leurs vœux.

Toutefois, arrivés à un certain point, bon nombre de groupes réalisent qu’ils ne peuvent pas compter que sur leur talent créatif pour réussir. Pour Dylan Mamid et Zach Rapp-Rovan, du groupe Zeds Dead, ce moment est arrivé tôt dans leur carrière.

Mamid et Rapp-Rovan faisaient de la musique depuis environ deux ans, et promouvaient leur travail sur les médias sociaux. À l’époque, la musique électronique gagnait rapidement en popularité auprès d’une nouvelle génération passant de plus en plus de temps en ligne. L’éclectisme du son électronique de Zeds Dead et le penchant du groupe pour les médias sociaux étaient autant de facteurs de succès intervenant au moment idéal, et il n’a pas fallu longtemps au groupe pour se constituer une armée de fidèles sur Internet. Les deux musiciens commencent à publier en ligne des remix de morceaux populaires, qui leur valent un nombre impressionnant de visites (aujourd’hui, le remix Eyes on Fire a été vu plus de 50 millions de fois, et le compteur continue de tourner).

L’importance du nombre de ces adaptes n’apparaît pas clairement au groupe avant que celui-ci se mette à faire des tournées. Sa stratégie de promotion sur les médias sociaux a fonctionné : des centaines, voire des milliers de passionnés se rendent à chaque concert, impatients d’entendre de nouveaux morceaux. Une fois que les recettes issues de la vente des disques et des concerts commencent à affluer, Mamid et Rapp-Rovan se voient dans l’obligation de commencer à réfléchir davantage à l’aspect commercial de leur association, et décident donc de constituer Zeds Dead Inc. en personne morale en 2011.

En 2012, la durée de leurs tournées en autobus est de deux mois, et ils se produisent dans certains des plus grands festivals de musique du monde. La SODIMO fournit son soutien au groupe lors de sa tournée de 2013, la plus importante en date avec plus de 40 concerts organisés au Canada et aux États-Unis.

Même s’ils remportent un vif succès à l’étranger, les deux musiciens savent apprécier les atouts offerts par leur province. Sur le plan créatif comme sur le plan des affaires, l’Ontario constitue un excellent point d’ancrage. Le fait d’être à Toronto a permis au groupe de collaborer avec d’autres artistes ontariens dans le cadre de différents projets. Zeds Dead a employé les fonds octroyés par la SODIMO pour faire plus de promotion autour de son nouvel EP en vue de rejoindre des canaux plus classiques, comme la radio et la télévision. Le groupe continue sa percée et renforce sa marque, et compte faire appel pour cela au vivier local de talents qualifiés.

Après trois albums et plusieurs centaines de concerts, les membres de Zeds Dead adorent toujours ce qu’ils font, et à en juger par la vitesse à laquelle défile le compteur de leurs vidéos YouTube, leur public aussi.

« La scène musicale de Toronto a toujours compté un nombre enviable de talents. Ces dernières années, la soirée “Bassmentality” que nous y organisons a accueilli certains des plus bassistes les plus renommés. Lors de nos premières tournées, nous avons joué dans des villes universitaires comme Ottawa, Guelph, London, Kingston et St. Catharines – la scène musicale de tout l’Ontario continue de se développer avec régularité. »

—Dylan Mamid et Zach Rapp-Rovan, Zeds Dead

Pour en savoir plus sur Zeds Dead :

Twitter : @whoszed
Facebook :
www.facebook.com/zedsdead
YouTube :
www.youtube.com/user/ZedsDeadOfficial