> Accueil > OMCM > Histoires de succès > Musique > SUCCÈS DE LA SODIMO : THE TD NIAGARA JAZZ FESTIVAL
Partager

SUCCÈS DE LA SODIMO : THE TD NIAGARA JAZZ FESTIVAL

TDNiagaraJazz

À entendre Juliet Dunn en raconter la genèse, le Festival de jazz de Niagara TD était tout simplement destiné à voir le jour. Le festival de trois jours nait en 2014, lorsqu’elle se rend compte que la région abrite une mine de talents sous-exploités.

« La région est une destination culinaire. Les personnes qui s’intéressent au vin et à la cuisine apprécient le jazz. Ça tombait sous le sens », explique Juliet Dunn à propos de sa décision de créer le festival. « De plus, il génère de l’emploi pour les musiciens. »

La première année, les musiciens se produisent sur une scène dans un parc. Depuis, le festival (qui se déroule tous les ans pendant la dernière fin de semaine de juillet) s’est propagé pour inclure 15 scènes et sites, de nombreux concerts à guichet fermé et, dernièrement, une zone enfants ainsi qu’une croisière de jazz dixieland.

L’organisation d’un festival de jazz de trois jours au plus fort de la saison touristique à Niagara comporte son lot de défis, précise Juliet Dunn, qui est la directrice générale du Festival de jazz de Niagara. « Il vous faut des tas de bénévoles pour monter un festival; la fin de semaine de notre festival coïncide parfois avec celle du Congé civique, et d’autres manifestations bien établies détournent des bénévoles. »

Le financement constitue un autre défi, dans la mesure où la compétition est rude pour les fonds de parrainage. C’est à ce titre que l’aide de SODIMO par le biais du Fonds ontarien de promotion de la musique (volet Développement des talents) est particulièrement précieuse.

« Son soutien est primordial », confie-t-elle. « Si nous n’avions pas obtenu le financement, nous n’aurions probablement pas pu maintenir le festival. »

Juliet Dunn, elle-même musicienne de jazz jouissant d’un certain renom, ajoute que la SODIMO apporte plus qu’un simple soutien financier.

« Ce lien avec la SODIMO est tellement important. Ils ont plus d’expérience, et il est très utile de pouvoir leur soumettre des idées et leur poser des questions. »

L’impact du Festival de jazz de Niagara sur la région est une source d’enthousiasme pour la musicienne, qui fait part de certains commentaires qu’elle a reçus à l’égard du festival.

« Dans un des parcs, un monsieur de la région s’est lancé dans un éloge », relate Juliet Dunn. « Il a dit : J’ai beau vivre ici depuis de nombreuses années, je n’avais jamais vu le parc si vivant. »

« Notre travail est vecteur de changement ici. »

Pour le moment, l’objectif principal de Juliet Dunn est d’assurer la pérennité du festival, sans perdre les éléments qui font sa singularité, comme le fait de faire jouer les musiciens dans les lieux intimes que sont les vineries, et de conserver l’accent mis sur la merveille de la nature qu’est Niagara.

« La collectivité voit l’intérêt que présente le festival », affirme Juliet Dunn, avant d’ajouter que son organisation relève de la passion. « Il crée tant d’emplois dans l’économie locale, non seulement pour les musiciens, mais également dans les vineries, les restaurants et les autres commerces locaux. Avoir un festival de jazz dans la région de Niagara n’est pas seulement une aubaine pour Niagara-on-the-Lake, mais pour l’Ontario tout entier. »

Pour en savoir plus sur le Festival de jazz de Niagara TD :
Site Web : http://www.theniagarajazzfestival.com/
Twitter : @JazzNiagara
Facebook : /JazzNiagara
Instagram : @JazzNiagara