> Accueil > OMCM > Histoires de succès > Musique > SUCCÈS DE LA SODIMO : SONIC UNYON
Partager

SUCCÈS DE LA SODIMO : SONIC UNYON

IrwinLaw

Lorsque deux musiciens recrutent un batteur pour former un groupe, ils sont loin de se douter qu’ils viennent de créer une nouvelle entreprise d’un coup de baguette. Fondée en 1993, Sonic Unyon fait ses débuts en enregistrant des cassettes de sa musique et de celle d’autres groupes locaux. La société finit par se développer pour devenir une entreprise de distribution de musique, et gérer des festivals de grande envergure comme Supercrawl, le festival de la musique et des arts gratuit organisé à Hamilton, et Seven Sundays in the Park, une populaire série de concerts annuels.

« Le passe-temps est devenu un travail », indique le batteur Tim Potocic, à présent copropriétaire de Sonic Unyon. « Tout découle de la musique, de nos efforts pour trouver notre place au sein de l’industrie musicale. »

Puis, tout comme l’industrie évolue, il en va de même pour la société. Comme l’explique Tim Potocic, Internet n’existait pas lors des débuts de Sonic Unyon, il y a 20 ans de cela.

« Au cours de la dernière décennie, le modèle de revenu a complètement changé, passant du répertoire physique à l’expérience numérique diffusée en continu. »

À l’époque, Sonic Unyon adopte une approche favorisant le contact avec ses artistes et collaborateurs, supervisant tout de A à Z, de la gestion à la distribution, en passant par l’enregistrement.

Le financement de la SODIMO par le biais du Fonds ontarien de promotion de la musique est également d’une aide précieuse tandis que la société révèle des artistes, les faisant passer de l’anonymat total au statut de musiciens de carrière dont on connaît le nom, à l’image de Young Rival, Steve Strongman et Terra Lightfoot.

« Nous possédions notre propre maison de disques et notre propre sens du métier », confie Tim Potocic. L’approche a été conservée, bien que l’entreprise annexe de distribution ait été vendue en 2008. Actuellement, l’accent est sur la gestion des artistes et de certains rendez-vous parmi les plus populaires de Hamilton.

« La situation de l’industrie musicale est telle que vous êtes obligé de porter plusieurs casquettes et de maintenir de nombreuses sources de revenus », note Tim Potocic. « De plus, avoir plusieurs cordes à son arc est plus amusant. »

En 2009, Sonic Unyon prend les rênes de Supercrawl, le faisant croître de 3 000 participants à 200 000, en accueillant des artistes tels que Broken Social Scene, Sharon Jones et Charles Bradley. Tim Potocic salue la collectivité pour son rôle de partenaire essentiel ayant rendu cet essor possible, ainsi que la SODIMO pour le soutien accordé à la société tandis qu’elle se développait considérablement, s’éloignant de ce qu’il qualifie d’expérience.

« Dans le domaine de la musique, ce sont les meilleurs de tout le pays », affirme-t-il. « Ils appartiennent aussi à l’industrie musicale, donc ils la comprennent vraiment. Nous désirons servir les artistes auxquels nous nous consacrons du mieux possible, et ils nous aident à le faire. »

Pour en savoir plus sur Sonic Unyon :
Site Web : http://www.sonicunyon.com/
Twitter : @SonicUnyon
Facebook : facebook.com/sonicunyonrecords