> Accueil > OMCM > Histoires de succès > Musique > SUCCÈS DE LA SODIMO : SIX SHOOTER RECORDS
Partager

SUCCÈS DE LA SODIMO : SIX SHOOTER RECORDS

 Six Shooter

Certains seront peut-être surpris d'apprendre que l'une des maisons de disques americana/roots les plus authentiques et prospères est canadienne. Cela n'a toutefois rien de surprenant quand on connaît Shauna de Cartier, fondatrice et présidente de cette étiquette de disques.

En 2000, de Cartier, originaire d'Edmonton (Alberta), était l'imprésario d'un artiste nommé Luke Doucet. Ne parvenant pas à décrocher de contrat discographique, elle décide de fonder sa propre maison de disques afin de pouvoir y accueillir la musique qu'elle aime. Comme elle l'explique, il s'agissait à l'origine de pouvoir exprimer ses propres goûts musicaux et de construire une entreprise dont elle serait fière.

Aujourd'hui basée à Toronto, Six Shooter Records emploie sept personnes et son catalogue rassemble une vingtaine d'artistes. Au total, cette étiquette a sorti plus de 80 disques pour des artistes comme Whitehorse, Deep Dark Woods, The Strumbellas, Amelia Curran, etc. Outre ses activités en tant que maison de disques, cette société fournit aussi des services d'imprésario et travaille auprès des Good Lovelies et de Tanya Tagaq.

Si le marketing et la distribution des œuvres musicales sont en constante évolution, il est une chose qui ne change pas : la magie de la musique en direct. Six Shooter recherche activement des artistes capables de réaliser de fantastiques prestations en direct. Un artiste qui n'en est pas capable n'ira pas loin, précise de Cartier.

Par chance, la musique en direct est aussi bonne pour les affaires. Les spectacles en direct invitent le public à soutenir les artistes qu'il a aimé entendre. Les spectacles spéciaux (à l'image du tout premier concert de Whitehorse, qui s'est joué à guichets fermés au Massey Hall) constituent pour les admirateurs une occasion de se rapprocher de la musique, comme ils pourraient le faire lorsqu'un jeune artiste se produit pour la première fois dans le minuscule salon de The Cameron House. Des concerts comme ceux-là peuvent faire naître chez les admirateurs le souhait de repartir avec ce qui leur permettra de revivre l'expérience chez eux.

Pour faire passer ce modèle d'entreprise au palier supérieur, la maison de disques s'est également lancée dans la production de festivals (fidèle à son image, Six Shooter a créé deux nouveaux festivals en 2011, chacun dans une ville différente). La deuxième édition de l'Interstellar Rodeo (Edmonton), lancé en 2012, a été un énorme succès et s'est jouée à guichets fermés. Cet événement a accueilli 3 500 personnes trois jours de suite. En 2011 et en 2012, le Sleepwalk Guitar Festival (Toronto), soutenu par le Fonds de musique de la SODIMO et organisé par Luke Doucet, a rassemblé quelques-uns des plus grands noms de la guitare pour une fête de trois jours entièrement consacrée à cet instrument, à travers des ateliers, des concerts et des entretiens avec les artistes notamment. Six Shooter organise également des événements Outlaws and Gunslingers, qui rassemblent systématiquement une pléiade d'artistes (et sont toujours pleins à craquer). Ces événements mettent en vedette les meilleurs artistes canadiens de musique roots, folk et rock lors du festival NXNE, de la Canadian Music Week, ou encore de la remise des prix Juno.

Dans le cadre de son engagement pour le développement artistique, l’étiquette recherche des artistes qui resteront toujours des artistes, qu'ils signent un contrat discographique ou non — ce que de Cartier appelle « des artistes de métier ». Pour elle, tout part de la chanson. Elle recherche des auteurs-compositeurs qui composent formidablement bien et dont la musique apporte un point de vue différent et une approche progressiste à ce métier — des artistes qui repousseront les limites.

Toutefois, ce n'est pas parce que la société Six Shooter accorde une importance capitale aux représentations en direct qu'elle en ignore l'évolution du numérique. Bien au contraire. Plus que jamais, il existe quantité de vecteurs pour promouvoir les talents, de YouTube aux médias sociaux en passant par les blogues, autant de moyens d'inviter les gens à s'exprimer et de générer du bouche-à-oreille. Pour de Cartier, l'explosion des moyens de communication numériques est très intéressante. Six Shooter a profité du soutien de la SODIMO pour élargir son activité de cybercommerce et faire progresser son chiffre d'affaires.

À l'avenir, de Cartier espère continuer son expansion sur le marché américain, où Six Shooter est déjà un acteur reconnu de l'univers de la musique americana. Le Fonds de la SODIMO pour l'exportation lui a permis d'assister à des conférences aux États-Unis et en Europe afin de tisser les liens nécessaires à l'échelle mondiale pour développer ses activités, ce qui contribue aussi à la croissance des artistes.

Grâce à sa démarche authentique axée sur les artistes, Six Shooter Records a construit une communauté soudée d'artistes et d'admirateurs avec, pour dénominateur commun, le plaisir intense que procure la musique de qualité.

« La vie est trop courte pour écouter de la musique de [juron supprimé]. C'est l'énoncé de mission de notre entreprise et notre épreuve décisive pour décider quels projets en valent la peine. »

Shauna de Cartier, associée fondatrice, Six Shooter Records

Pour en savoir plus sur Six Shooter Records :