> Accueil > OMCM > Histoires de succès > Cinéma > SUCCÈS DE LA SODIMO : PROSPERO PICTURES
Partager

SUCCÈS DE LA SODIMO : PROSPERO PICTURES

Prospero 677x408.jpg

Vétéran de l'industrie des médias, Martin Katz a travaillé dans tous les secteurs, de la radiodiffusion (SRC) à Internet (MSN), en passant par la production télévisuelle (Atlantis Films). Aujourd'hui, sa société Prospero Pictures produit des longs métrages et émissions de télévision en Ontario et dans le monde entier. 

Avec Prospero, Martin tire parti des expériences vécues et des liens tissés dans ses postes précédents. Les contacts établis avec des producteurs sud-africains lorsqu'il travaillait sur l'émission pour enfants de Nickelodeon, Wild Side, conduisent au premier film de Prospero, Hôtel Rwanda (Hotel Rwanda), une coproduction italo-britanno-sud-africaine régie par un traité. Filmé en décors naturels à Kigali, au Rwanda et à Johannesburg, en Afrique du Sud, ce film débouche sur d'autres coproductions avec des partenaires sud-africains. Alors qu'il travaille pour MSN dans les années 1990, Martin enrôle Rick Mercer et David Cronenberg pour convaincre les Canadiens des avantages de la technologie du clavardage. Sa relation avec David Cronenberg dure le temps de quatre films, dont le plus récent, La carte des étoiles (Maps to the Stars), a reçu les louanges de la critique et a bénéficié du soutien du Fonds de la SODIMO pour la production cinématographique. 

Située à mi-chemin entre les marchés européens et celui de Los Angeles, au sein desquels il évolue, Toronto constitue selon Martin une base idéale pour Prospero. Il apprécie l'enthousiasme et l'engagement des équipes de tournage torontoises, qui n'hésitent pas à se mettre en quatre pour le bien du projet. Au final, c'est cet effort supplémentaire qui fait la différence entre un bon produit et un grand produit. 

Toutefois, le fait de venir d'un pays aussi peu peuplé que le Canada représente un défi. Il peut s'avérer délicat d'obtenir un financement. Heureusement, d'après Martin, les programmes de la SODIMO ciblent certains des plus gros obstacles inhérents aux affaires en Ontario. La SODIMO est notamment consciente du fait qu'il est indispensable pour les producteurs d'aller rencontrer leurs partenaires en personne afin de développer les liens et la confiance nécessaires pour conclure des accords majeurs. C'est l'objet du Fonds pour l'exportation, qui permet aux producteurs de se rendre à Cannes, Berlin, Sundance et d'autres marchés majeurs dans le but de générer de l'emploi pour les sociétés ontariennes. En matière de rendement, Martin estime que le Fonds pour l'exportation boxe chez les poids lourds en dépit de son poids plume. L'aide financière accordée par la SODIMO au titre du développement et de la production de projets donne aux producteurs la marge de manœuvre requise pour se mesurer avec succès aux producteurs plus gros et mieux financés des quatre coins de la planète. 

Martin a été témoin des changements entraînés par la mondialisation au sein de l'industrie cinématographique. Alors qu'il y a une décennie, la plupart des coproductions se faisaient avec des sociétés du Royaume-Uni, dernièrement, les offres émanent d'autres pays, comme l'Irlande, la France, l'Allemagne, l'Afrique du Sud et l'Europe de l'Est dans le cas de Prospero. Même si le paysage change radicalement, Martin considère que la clé du succès réside dans un processus de renouvellement permanent. Les gens continueront d'aller chercher du contenu de qualité dans les cinémas, à la télévision et en ligne, et Prospero sera toujours là pour le leur fournir. 

« J'ai créé cette société parce que j'avais envie de faire des films sur des sujets réels, qui ont une importance et influencent le cours des choses dans le monde. »
—Martin Katz, fondateur et président de Prospero Pictures 

Pour en savoir plus sur Prospero Pictures :
Site Web : http://www.prosperopictures.com/
Twitter : https://twitter.com/ProsperoPics