> Accueil > OMCM > Histoires de succès > Cinéma > SUCCÈS DE LA SODIMO: NEW REAL FILMS
Partager

SUCCÈS DE LA SODIMO: NEW REAL FILMS

New Real - Trigger 

Lauréate du prix du producteur de l’année 2013 décerné par la CMPA lors du Festival international du film de Toronto, Jennifer Jonas, de la société New Real Films, sort son dernier long métrage, Gerontophilia, au printemps 2014.

New Real Films a vu le jour en 1990, après que Leonard Farlinger et Jennifer Jonas eurent travaillé comme assistants-réalisateurs sur le tournage de Trente-deux films brefs sur Glenn Gould de François Girard. Leonard Farlinger, scénariste et réalisateur à part entière, avait alors fait lire un scénario à Jennifer Jonas et lui avait demandé si elle souhaitait le produire. Ce scénario allait devenir le film The Perfect Son, avec Colm Feore et David Cubitt, qui a été sélectionné pour deux prix Génie. Le film a été vendu dans le monde entier et a permis de consolider un partenariat de production unique, faisant de New Real Films un acteur crédible du milieu cinématographique canadien.

Depuis sa création, New Real Films a produit 13 longs métrages, aussi bien des films spécialisés et novateurs à petit budget que des grosses productions. En ce qui concerne les films à plus gros budget, Jennifer Jonas et Leonard Farlinger ont notamment travaillé avec Rachael Leigh Cook et Luke Kirby pour All Hat, ainsi qu’avec Heather Graham et Sandra Oh pour Cake. All Hat et Cake ont été traduits dans des dizaines de langues et vendus dans le monde entier. Pour Jennifer Jonas et Leonard Farlinger, une esthétique à petit budget peut remporter un franc succès si le scénario est réussi et, dans le cas de Monkey Warfare, le public n’a pas boudé son plaisir; le film a d’ailleurs remporté le prix spécial du jury lors du TIFF en 2006.

La réalisation même de Monkey Warfare est une preuve de la vision et de la persévérance de Leonard Farlinger et de Jennifer Jonas. N’ayant pas réussi à obtenir un financement, ils ont pris le risque de produire le film eux-mêmes. Une fois le film terminé, les personnes qui avaient refusé de le financer souhaitaient désormais devenir partenaires de la production. Cette expérience leur a appris très tôt qu’un producteur doit croire en ce qu’il fait et avoir le courage de ses convictions.

Mais Jennifer Jonas et Leonard Farlinger ne sont pas des producteurs comme les autres. Jennifer Jonas possède un diplôme d’études supérieures en littérature comparée de l’université de Cambridge et Leonard Farlinger a écrit et réalisé trois longs métrages qui ont tous été projetés en avant-première au TIFF. Leur sens aigu des affaires se mêle à leur amour profond pour le récit et à leur perspicacité concernant les histoires qui deviendront des films divertissants et rentables. En témoignent des films comme Leslie, My Name is Evil, une comédie (!) de Reg Harkema sur le procès de Charles Manson, projetée en avant-première au TIFF et vendue à Lionsgate, ou Otto; or, Up with Dead People de Bruce LaBruce, qui traite de l’histoire d’un zombie gai et qui a été présenté en avant-première au festival du film de Sundance et au festival de Berlin. Ces deux films ont été vendus dans le monde entier.

Néanmoins, la tâche n’est guère facile. À l’heure actuelle, le Canada anglophone ne dispose pas de radiodiffuseur chargé de préacheter des droits et de commander des longs métrages, comme le font la Société Radio-Canada, HBO, Film4 ou Studiocanal sur leur territoire respectif. Les cinéastes indépendants sont aujourd’hui confrontés à des défis très difficiles, et le fait que les studios hollywoodiens aient décidé de faire main basse sur le cinéma « indépendant » n’est pas de nature à arranger les choses. Leonard Farlinger et Jennifer Jonas remarquent qu’aujourd’hui, les films qui reçoivent des Independent Spirit Awards sont les mêmes que ceux qui raflent des Oscars. Les films vraiment indépendants, comme les leurs, sont obligés de concurrencer des films ayant plusieurs centaines de millions de dollars de budget et appuyés par de gigantesques campagnes de promotion. Comme ils ne peuvent pas les surpasser en taille, ils doivent rivaliser en qualité.

Grâce au soutien apporté par la SODIMO par le biais de crédits d’impôt et de son Fonds pour la production cinématographique, Jennifer Jonas et Leonard Farlinger ont pu produire certains de leurs meilleurs films. Ils apprécient le savoir-faire unique de la SODIMO. Les bénéficiaires du Fonds de la SODIMO pour la production cinématographique sont choisis par des jurys de pairs : les scénarios sont donc approuvés par d’autres professionnels du secteur. Pour Jennifer Jonas, cette approbation renforce la confiance des lauréats quant au succès d’une production. C’est même un élément capital dans un secteur aussi concurrentiel. Leonard Farlinger souligne que l’Ontario regorge d’un incroyable vivier de talents. C’est, d’après lui, la raison pour laquelle des films américains à gros budget viennent tourner dans la province, et c’est ce qui explique pourquoi New Real Films n’est pas prêt d’en partir.

Le plus grand défi de New Real Films et de toutes les sociétés de production cinématographique canadiennes consiste à attirer le public dans les salles. Le film Trigger de New Real Films (2010), réalisé par Bruce McDonald, avec Molly Parker et Tracy Wright, a été sélectionné pour quatre prix Écrans canadiens et pour les prix de la critique de Toronto et de Vancouver. Pourtant, malgré ces récompenses, et bien que le film ait été le premier projeté au TIFF Bell Lightbox et qu’il ait trouvé un distributeur aux États-Unis, l’œuvre a peiné à trouver son public. Le dernier film de la société, Gerontophilia, réalisé par Bruce LaBruce, a été présenté en avant-première à la Mostra de Venise et au Festival international du film de Toronto et a reçu le prix du meilleur long métrage canadien au Festival du nouveau cinéma de Montréal. Gerontophilia a été vendu dans toute l’Europe et sort en salles au printemps 2014.

Parmi les prochaines productions de la société, citons une biographie de Chet Baker intitulée Born to Be Blue et réalisée par Rob Budreau; une adaptation du roman Girl Crazy de Russel Smith qui sera porté à l’écran par Don McKellar; ainsi qu’une comédie de Matt Watts intitulée Mr. Epiphany, qui sera réalisée par Leonard Farlinger.

« La production de longs métrages exige passion, amour et dévouement, ainsi qu’un désir sincère de trouver des histoires qui séduiront et intrigueront le public. Le Canada et l’Ontario, en particulier, vivent un âge d’or du cinéma. Les meilleurs cinéastes du monde vivent ici et tournent ici. Alors, tant mieux, car nous avons beaucoup d’histoires en réserve et nous voulons les raconter avant de mourir. »
-
Jennifer Jonas, directrice, New Real Films

Pour en savoir plus sur New Real Films :
Site Web :
http://www.newrealfilms.com
Twitter : @NewRealFilms

Facebook :
https://www.facebook.com/pages/New-Real-Films/17235363807