> Accueil > OMCM > Histoires de succès > Cinéma > SUCCÈS DE LA SODIMO: COPPERHEART
Partager

SUCCÈS DE LA SODIMO: COPPERHEART

copperheart 677x408.jpg

Lorsqu’il était enfant, Steve Hoban dessinait des bandes dessinées et écrivait des nouvelles. Il n’est pas surprenant que son goût précoce pour la narration et le divertissement l’ait amené à produire des films. Hoban a fondé Copperheart Entertainment en 1995 et a produit depuis un grand nombre de projets qui ont remporté un succès commercial et ont été distingués par des prix.

L’un des premiers longs-métrages de la société, intitulé Ginger Snaps (Entre sœurs), a été désigné meilleur film d’horreur de 2001, s’est vu décerner une mention spéciale du jury au Festival international du film de Toronto et est devenu immédiatement un classique culte. Hoban est fier que plusieurs cinéastes d’Hollywood le citent comme une référence pour leur propre travail.

Le court-métrage de 2004 intitulé Ryan a récolté un nombre de distinctions sans précédent. Ryan est le film canadien le plus primé, ayant remporté notamment l’Oscar du meilleur court-métrage d’animation et le prix Génie du meilleur court-métrage d’animation. Il a récolté au total plus de 75 récompenses internationales. Pour Hoban, ce projet relevait de la passion. Il a passé quatre ans à réunir les différentes pièces mobiles nécessaires pour que ce film complexe et ambitieux puisse voir le jour.

La société Copperheart compte également parmi ses productions la comédie à succès controversée Young People F*cking (2007), qui raconte les histoires entremêlées de quatre couples (plus un ménage à trois); Splice (Nouvelle espèce, 2009), un film à suspense de science-fiction mettant en scène Adrien Brody et Sarah Polley et constituant le film anglophone ayant généré le plus de recettes au Canada; et le premier film d’animation par ordinateur au monde réalisé en IMAX 3D, CyberWorld (2001), avec les voix de Woody Allen et de Sharon Stone.

Hoban est conscient de l’intérêt que présentent les coproductions internationales et a acquis depuis de nombreuses années une expérience précieuse dans ce domaine. Splice a été coproduit avec Gaumont, la plus ancienne société de production française. Hoban a également travaillé en collaboration avec le distributeur international TF1 pour le film Wolves qui doit sortir prochainement (réalisé par David Hayter, scénariste de X-Men).

Le travail d’un producteur indépendant n’est pas devenu plus facile au fil des années. C’est pourquoi le soutien d’organismes comme la SODIMO est fondamental, explique Hoban. Par exemple, il peut utiliser les crédits d’impôt proposés par la province comme un argument pour encourager les investisseurs à participer au financement du tournage de films en Ontario. Le soutien historique de la province à l’industrie cinématographique et la qualité de ses équipes constituent également des atouts majeurs qu’il ne faut pas sous-estimer, selon Hoban. Il pense que si la province n’offrait pas ces avantages, il aurait dû aller s’installer à Los Angeles il y a de nombreuses années pour pouvoir poursuivre ses activités. Le climat d’affaires de l’Ontario rend cette province attractive. De plus, le Fonds de la SODIMO pour l’exportation permet à Hoban de se rendre à Los Angeles, en Europe et en Asie afin d’établir et d’entretenir les relations essentielles à son activité.

Hoban ne se limite pas aux longs-métrages. Sa société développe également fortement ses activités de production télévisuelle, à commencer par la série Darknet, qui a été diffusée dernièrement sur Super Channel et a été sélectionnée par Netflix pour le Canada, les États-Unis et le Royaume-Uni. Copperheart travaille également sur deux autres projets en coopération avec Movie Central et TMN.

Hoban se réjouit des opportunités qui se profilent pour Copperheart. Si le passé est garant de l’avenir, le public appréciera certainement les résultats.

« Produire des films est difficile. Il faut réinventer la roue à chaque fois. Personne ne décide de financer un film uniquement en raison de son producteur, quelles que soient ses références; tous les éléments du projet entrent en jeu. »

— Steve Hoban, fondateur, Copperheart Entertainment

Pour en savoir plus sur Copperheart Entertainment :
Site Web :
www.copperheart.ca